LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Dossiers arrow L’accès aux archives,un enjeu au cœur de la mobilisation des historiens
 
Version imprimable Suggérer par mail
16-10-2011
L'accès aux archives,un enjeu au cœur de la mobilisation des historiens

«Cause citoyenne» à multiples enjeux, le 17 octobre 1961 a été aussi une grande bataille sur le terrain des archives. Historiens connus ou jeunes chercheurs, ils sont nombreux à avoir pétitionné et milité pour l'ouverture des archives de la préfecture de police et d'autres institutions officielles.

Autant que bien des pages dramatiques de la guerre d'Algérie, la répression sanglante a été victime d'une chape de plomb singulière. Parce qu'elle avait impliqué – au travers de la préfecture de police – une institution importante du paysage préfectoral et sécuritaire français, la journée sanglante a souffert d'un dommageable embargo archivistique.

Ceci est loin d'être une surprise. Connu pour être particulièrement contraignant, l'accès aux archives en France ressemble au parcours du combattant. Délais de consultation pouvant aller jusqu'à 90 ans, régime dérogatoire, communication de documents au compte-gouttes : la loi sectorielle française – pourtant amendée à maintes reprises – en verrouille l'accès plus que sous d'autres cieux européens. Les conditions d'accès sont encore plus sévères quand il s'agit de la guerre d'Algérie.

Depuis une quinzaine d'années, les archives «algériennes» – y compris celles de la préfecture de police relatives au 17 octobre –  se font plus «accueillantes». De nombreux chercheurs ont pu y accéder, dont les historiens britanniques Jim House et Neil MacMaster, les français Jean-Luc Einaudi, Emmanuel Blanchard, Sylvie Thenault et la franco-algérienne Linda Amiri (auteur d'une remarquable thèse sur la Fédération de France).

Saluée par les historiens, cette ouverture s'est traduite par la soutenance de nombreuses thèses et la publication de plusieurs livres. Autant de vecteurs de connaissance qui ont fait avancer le savoir académique et éclairé la «journée portée disparue» du 17 octobre. Mais cette indéniable avancée dans la bataille des archives ne fait pas oublier la perte accidentelle ou volontaire de nombreux documents.

Le rapport Mandelkern remis en 1997 au ministère de l'Intérieur de Jean-Pierre Chevenement avait listé nombre de documents manquants. Des «documents dont l'intérêt aurait dû imposer la conservation, mais qui ont été parfois détruits ou que la mission n'a pu retrouver». 

Parmi les documents manquants, les archives de la brigade fluviale. Elles ont été détruites, selon les membres de la mission Mandelkern. Le rapport du préfet de police Maurice Papon a connu un sort similaire. «Aucun exemplaire ne semble avoir été conservé dans les archives de la préfecture de police, pas plus qu'à la direction générale de la police nationale».

Au moment des faits, L'Elysée et Matignon étaient également destinataires de ce rapport, mais la mission Mandelkern n'en a pas trouvé trace.

Autres archives (relative au 17 octobre) signalés «manquants» par la mission Mandelkern, celles du service de coordination des affaires algériennes (SCAA), du service d'assistance technique (SAT) aux Français musulmans d'Algérie (FMA), du centre d'identification de Vincennes (CIV), créé en janvier 1959 pour recevoir les FMA interpellés sur la voie publique.

L'équipe mandatée par Jean-Pierre Chevènement n'a pas également trouvé trace des archives de la direction de la réglementation du ministère de l'Intérieur. La mission fait allusion aux arrêtés ministériels prononçant des assignations à résidence ou des mesures d'éloignement à l'encontre d'Algériens.

S. K.
 
< Précédent   Suivant >
 
EDITION DU DIMANCHE 23 OCTOBRE 2011 

Vivez la télé autrement, visitez dzairwebtv

Dzair web tv

Point Net

Un dernier «dégage» avant l'été

Farouk allait régulièrement en Tunisie, où il passait ses vacances avec ses parents. Oh, ce ne sont pas vraiment des vacances qui le passionnaient, mais il a fini par s'y résoudre : quand on n'a pas ce qu'on aime, il faut aimer ce qu'on a.

Lire la suite…









Edition du 23-10-11 – N° 857

Archives PDF

A LIRE AUSSI

 

Ligue 1 (6e journée)
Duel à distance entre l'USMA et le CRB
Après le derby de samedi dernier qui avait souri aux Rouge et Noir de l'USM Alger, cette fois c'est un duel à distance qui aura lieu entre les deux grands favoris de ce début de championnat.

Lire la suite…


Chronologie d'un départ annoncé
Samedi 8 octobre 2011. Le match amical USMA-EN olympique, qui s'est joué sur le terrain du stade de Rouiba, est terminé depuis une vingtaine de minutes. Quand nous nous sommes approchés du vestiaire de l'équipe algéroise, nous avons trouvé son entraîneur, Hervé Renard, debout dans le couloir juste à côté de la porte dudit vestiaire. Il était en train de consulter des SMS sur son téléphone.

Lire la suite…


Ghrib (coordinateur de la section de football du MCA) :
«On ne va pas laisser faire cette injustice»
Pour le responsable de la section football du Mouloudia d'Alger, Omar Ghrib, cette sanction infligée à Fawzi Chaouchi est de la pure injustice, surtout qu'il ne méritait pas un tel sort.

Lire la suite…


Le Mouloudia toujours à la recherche d'un entraîneur
Saâdane dit non, Guendouz ne fait pas l'unanimité
Les dirigeants du Mouloudia d'Alger se sont enfin décidés à recruter un entraîneur pour remplacer le partant Abdelhak Benchikha, qui avait jeté l'éponge au bout d'un mois de services.

Lire la suite…


Bouchema s'impose sans faire de bruit
Sans complexe et sans faire trop de bruit, Nassim Bouchema a réussi à s'imposer au sein de la Dream Team de l'USMA. Il est le plus jeune des titulaires de la formation de Soustara, lui qui a bouclé ses 23 ans le 5 mai dernier.

Lire la suite…

 
Cours des devises

Evolution des marchés

Capture, lynchage et exécution de Maamar Kadhafi


La capture et l’exécution de Moaatassim Kadhafi
PUBLICITE

Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivantsTel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

RSS – LE TEMPS