23
Thu, Mar
1 New Articles

Culture
Typography

Un séminaire de formation portant sur le thème de la critique théâtrale a été organisé récemment en marge de la huitième édition du festival international du théâtre professionnel de Béjaïa. Une dizaine de journalistes a pris part à cette louable initiative, qui aura duré deux jours.


Malgré la durée très courte de la formation, les journalistes présents durant ces deux journées ont pu discuter de sujets pertinents et poser les questions qui les taraudent concernant ce style assez particulier en journalisme culturel. Ce séminaire-formation a été animé par Jean-Pierre Han, journaliste et critique dramatique français, très connu dans le milieu théâtral français, Saadia Saighi, journaliste et critique cinéma ainsi qu’Alice Carré, critique dramatique française.
Le thème de ces deux journées a suscité un grand intérêt aux journalistes locaux et ceux des rédactions nationales ayant pris part à ce festival. Les conférenciers se sont penchés sur plusieurs thèmes ayant un rapport avec ce style spécifique en journalisme culturel. La plupart des participants se sont attendus, au début, à apprendre une structure spécifique de rédaction d'une critique dramatique, mais en fait, il n-y en a aucune, répondent les conférenciers.
«Ce serait même déplorable qu'il y en ait une, car la critique dramatique est un style libre. C'est une appréciation personnelle du journaliste culturel, tout comme un spectateur lambda peut en avoir», dit-elle. Un journaliste doit se méfier des présentations de la pièce faites par ses propres concepteurs. Cela dans le but d'avoir son propre avis et décrire ce que la pièce lui a fait sentir ou apprendre. «Le mieux pour un journaliste critique, c'est d'avoir la tête vide, en ayant le strict minimum d'informations sur la pièce avant de rentrer voir un spectacle de théâtre», explique Jean-Pierre Han.
Il est déconseillé de faire confiance à toute la documentation qu'on offre avant le début du spectacle ou après, sur le contenu d'une pièce, avertit ce chevronné de la critique théâtrale. «La critique est une appréciation personnelle et professionnelle du journaliste», ajoute-t-il.
Y a-t-il des conditions préalables pour devenir critique dramatique ? Jean-Pierre Han, qui est également fondateur et directeur des revues Friction et Théâtre-écritures répond par la négative. «Tout journaliste peut devenir critique dramatique», répond-il.
Et pour émettre des critiques pertinentes, il y a une seule recette, selon Alice Carré : «Il faut s'exercer souvent et travailler de manière assidue». Un journaliste doit, selon les même conférenciers, se rendre toujours à l'évidence qu'il écrit pour trois catégories de lecteurs ; ceux qui n'ont jamais vu le spectacle, ceux qui l'ont vu, et ses concepteurs et les artistes qui ont participé. Celui-ci doit être un fin observateur pour cerner l'enjeu d'une pièce de théâtre, et mieux émettre une critique.
La neutralité d'un critique dramatique se mesure également à la distance que doit observer le journaliste du monde de théâtre, des metteurs en scène et acteurs. Le journaliste ne peut sortir que perdant de ses amitiés dans ce domaine. C'est un constat également pareil dans toutes les spécialités en journalisme.


De notre envoyé spécial à Bejaïa,
Arezki Ibersiene