23
Thu, Mar
1 New Articles

Culture
Typography

On est en 1967, Abdelghani Mehdaoui qui fut parmi nos plus grands réalisateurs et vivant actuellement en France, devait filmer en direct le chanteur Ahcene Said mais ce dernier l'a informé le jour même qu'il était malade.

«Pour sa première télé en 1967, à l'époque les concerts de musique en studio se faisaient en direct vers 19h. Ce jour-là, je crois que c'est Ahcene Said, Rebbi Yerhmou, qui était au programme. Vers 16h, il téléphone pour dire qu'il était impossible pour lui de venir car il était au lit pris d'une forte grippe, se rappelle Mehdaoui. Mahboub Bati qui se trouvait dans le bureau de Mustapha kechkoul, à l'époque responsable du service musique, lui dit qu'il vient d'écouter un jeune ayant très belle voix s'il veut l'écouter. Le réalisateur répond au grand compositeur qu'était Mahboub Bat : «Mahboub, tu es maître en la matière, je te fais confiance. Ce jeune, il passera ce soir». Quelques minutes plus tard, Ezzahi se retrouve en face de Mehdaoui. Le jeune chanteur portait un jean et une chemise. Je lui pose la question,’’tu a un costume chez toi ? Il me répond, oui’’, se souvient Mehdaoui qui téléphone au service Auto (parking). Le régisseur part avec Ezzahi et revient environ une heure après avec un costume. Après une petite répétition avec l'orchestre qui était dirigé par Mustapha Skandrani, le direct s'est fait comme prévu. Il n'a fallu que trois heures, entre la décision de remplacement du chanteur Ahcene Said par le jeune Ezzahi et le début de l'enregistrement, précise le réalisateur. Et ce direct fut la véritable découverte de ce jeune chanteur par le grand public. Un chanteur qui ne reviendra pas souvent à la télévision par choix mais qui sera très apprécié par le grand public notamment pour sa simplicité et sa proximité avec le petit peuple et les pauvres. Mehdaoui qu'on a contacté hier nous a déclaré : «Je suis profondément attristé par cette disparation. Amar Ezzahi a vécu humblement et est parti de même».

Bari S.