30
Dim, Avr

Actualité
Typography

Le licenciement de Mohamed Abdou Bouderbala, ex-p-dg d’air Algérie, ne sera peut-être pas le seul. Le ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talai, a fait le serment hier d’écarter tous les cadres de cette compagnie qui ont failli à leur mission. Intervenant hier sur les ondes de la chaîne I de la radio nationale, le ministre est revenu sur le limogeage de Bouderbala.

«Ce licenciement est tout à fait normal et n’a pas à faire l’objet d’une polémique médiatique», a-t-il lancé. Talai assure qu’il y aura de nouveaux changements à air Algérie durant les prochains jours. «Un directeur général, quel qu’il soit, ne peut gérer seul toute une compagnie s’il n’y a pas d’équipe autour de lui», a-t-il indiqué. Pis, il rappelle qu’«il y a des cadres de très bon niveau à l’intérieur de cette entreprise, de bons pilotes, de bons techniciens et mécaniciens, mais au niveau du management, il n’y a pas d’équipe». Selon M. Talai, Air Algérie n’a pas «de problème externe, ni de problème de marché ou de son environnement» et «c’est l’essentiel pour une compagnie aérienne».
Le nouveau dirigeant Bakhouche Allèche est issu des rangs de la compagnie, ce qui est un atout pour le nouveau responsable. «Je note l’élément positif de cette désignation, c’est que M. Allèche, qui totalise une quarantaine d’années d’expérience, est un enfant de la boîte et connaît ses problèmes. Donc, ce sera plus facile d’aboutir rapidement à un bon résultat», a avancé le ministre.
Abordant par ailleurs le plan de modernisation de la société nationale de transport ferroviaire (SNTF), le ministre affirme que le projet avance bien suite au protocole d’accord signé avec la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). Ce partenariat couvrira les domaines de la formation, l'ingénierie ferroviaire, le transport des voyageurs et le transport fret et logistique, et prévoit, à terme, la création d'une société mixte dans la maintenance des équipements des voies ferrées en Algérie.
Concernant le projet d’extension de l’autoroute est-ouest qui a connu un retard suite au litige avec l'entreprise japonaise Cojaal chargée des travaux, le ministre assure que les travaux seront relancés au courant du premier semestre de l’année en cours. «Les travaux vont durer 18 mois pour la réalisation du tronçon de 84 km à El Tarf», a-t-il précisé. Une fois totalement achevée, l'autoroute Est-Ouest desservira plusieurs wilayas du nord du pays en reliant les frontières tunisiennes aux frontières marocaines sur 1216 km. S’agissant du port commercial de cherchell, le lancement des travaux est prévu pour le deuxième semestre de l’année en cours.
Cette infrastructure portuaire, destinée au transport de marchandises, est considérée parmi les plus grands projets en cours en Algérie, car devant constituer un pôle de développement économique d’importance, après son raccordement aux réseaux ferroviaires et aux autoroutes, l’habilitant ainsi aux échanges commerciaux avec l’Afrique.

Feriel A.