20
Mer, Mar

Cinéma
Typography

Le réalisateur Ali Aïssaoui, connu pour ces émissions réussies sur le théâtre, a pris officiellement sa retraite depuis quelques années mais depuis cette date, il ne cesse de travailler.

Depuis sa retraite dans sa ville Constantine, Ali Aïssaoui qui vient de nous offrir une série d'émissions télévisées tournées au Sahara, notamment au Tassili, va récidiver samedi prochain en présentant en avant-première un long métrage intitulé Hanachia. Ce film raconte l'histoire de Hanachia, fille de la tribu de Hanencha, qui est parmi les tribus «qui se sont élevées farouchement contre les abus du beylicat durant l'époque du bey Hadj Ahmed de Constantine qui était le plus Algérien de par sa naissance de tous les beys qui ont gouverné durant l'époque othomane». A travers Hanachia, le film nous ramène vers l'époque ottomane et raconte certaines facettes du bey Hadj Ahmed et sa résistance face au colonialisme français.
C'est par le biais de l'hisoire de Hanachia que le réalisateur invitera le spectateur à accéder au Palais du bey de Constantine et découvrir sa personnalité injustement calomniée par les historiens français. Le film tentera de nous montrer «cet homme de culture, bâtisseur et figure historique de la résistance face au colonialisme français», qu'était Hadj Ahmed Bey. Le film Hanachia sera projeté devant la presse en avant-première samedi prochain à 19 heures à la salle Ibn Zeydoun à Ryadh El Feth, Alger. Selon le communiqué, le film sera présenté «sous l'égide du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, dans le cadre de la manifestation ‘Constantine, capitale de la culture arabe 2015’ et en partenariat avec le département cinéma de la manifestation, le Centre algérien de développement du cinéma (CADC) et DZ Productions». Le film a été réalisé par Ali Aïssaoui d'après un scénario original de Zoubeïda Mameria.
Si on se pose la question sur le fait que le film est présenté dans le cadre de «Constantine, capitale de la culture arabe 2015» alors qu'en est 2017, on doit être content qu'un réalisateur de la trempe d'Ali Aïssaoui ait décidé de nous offrir un long métrage, lui qui est connu pour sa carrière remarquable dans la réalisation des émissions télévisées, notamment celles consacrées au théâtre.
Ali Aïssaoui serait décidé de prouver qu'un artiste ne doit pas s'arrêter de travailler après une retraite officielle. Bien au contraire, on devrait l'encourager en lui donnant les moyens. Connaissant son itinéraire, ce réalisateur ne peut que nous offrir un bon produit.

Bari Stambouli