25
Lun, Mar

Musique
Typography

Après avoir connu l'hospitalisation et le lit à cause de problèmes de santé, le chanteur Abdelmadjid Meskoud, qui a déjà prouvé qu'il a gardé sa belle voix, préparerait discrétement son retour.

Bien qu'il sache qu'il ne pourrait pas reprendre, du moins pour les moments à venir, les tournées et les concerts comme autrefois, le grand chanteur de chaâbi pourrait revenir avant l'été prochain avec l'enregistrement d'une chanson qui pourrait détrôner ses anciens succès tels que El Assima ou Mezghenna. Abdelmadjid Meskoud, qui a tenu à assister récemment à l'enterrement du frère de son ami Cheikh Ferhat, le célèbre présentateur météo, a repris le moral, selon ses amis les plus proches. Le chanteur sent qu'il manque à ses fans et l'éloignement de la scène artistique à cause de la maladie lui aurait fait plus de mal que la maladie elle-même. C'est pour ces raisons que Meskoud ne peut pas continuer à être cloîtré chez lui loin de ses nombreux admirateurs. Meskoud est connu pour être un véritable artiste. Bien qu'il se considère comme un simple interprète de chaâbi, il a prouvé ses dons pour l'écriture des textes de chansons et la composition musicale. D'ailleurs, c'est lui qui a composé et écrit El Assima.
Il a également écrit le grand succès Dja Lma qui fut interprétée par le comédien Souileh. Meskoud est également un excellent comédien puisqu'avant son succès dans le monde musical, il a fait partie de la grande Troupe théâtrale populaire (TTP) que dirigeait Hassan El Hassani (Boubegra). Meskoud qui n'est pas remonté sur scène depuis plus de deux années à cause de cette grave attaque cardiaque venue l'affaiblir physiquement pour le mettre au lit, reste malgré cette longue absence le chantre de la capitale. Lors de l'hommage qui lui avait été rendu à la salle Ibn Khaldoun à Alger, Meskoud avait prouvé qu'il avait gardé sa voix et son amour pour la chanson. Il avait pris le micro et repris son grand succès El Assima sous les applaudissements et les youyous. Ce soir, on avait compris que Meskoud, qui a chanté et toujours respecté les saints patrons d'Alger, Sidi Abderrahmane et Sidi M'hammed Bouqebrine, retrouvera sa bonne santé pour chanter de nouveau. Ce que nous souhaitions depuis plusieurs mois va enfin se concrétiser, bien que l'artiste n'a pas encore affirmé qu'il préparerait un quelconque nouveau produit.

Le chaâbi véritable

Pour rappel, Abdelmadjid Meskoud est considéré comme le véritable chanteur populaire puisqu'il a appris à chanter et à jouer au mandole seul. Passionné d'abord par le théâtre, il a commencé ses débuts dans le 4e art dans la troupe Mohamed Touri de la place du 1er-Mai (Alger) que dirigeait Mohamed Tahar Benhamla, avant de joindre la grande Troupe théâtrale populaire sous la direction du grand comédien Hassan El Hassani.
Après son service militaire et un stage de comptabilité, Meskoud qui tenait à une carrière dans le chaâbi, s'est retrouvé comme comptable à l'hebdomadaire Algérie Actualités mais cela ne l'empêchait pas d'animer des fêtes de mariage et des concerts. Le chanteur profitera des conseils de feu Mohamed Rachid, qui lui fournissait les textes des anciens poètes, et tentait de se frayer un chemin parmi les grands, ce qui ne tardera pas à arriver. Connu déjà du milieu du chaâbi, notamment par les connaisseurs pour sa maîtrise de la voix, du mandole, sa bonne diction et sa connaissance des textes anciens, il ne passera, toutefois, à la grande célébrité que grâce à son tube El Assima, qui sera repris par tous les jeunes et moins jeunes à travers tout le pays.

Bari Stambouli