25
Lun, Mar

Musique
Typography

Insula est le nom d'un duo de musiciens, né d'un projet entre un Algérien et un Martiniquais. Ils se sont rencontrés pour la première fois en 2006 alors qu'ils préparaient une licence de musicologie à l'Université de la Sorbonne de Paris. Redha Benabdallah s'est spécialisé en musique arabo-andalouse et Maher Beauroy en jazz.

De là sont nées une amitié et la promesse de jouer un jour ensemble et mêler leurs musiques respectives, d'où la naissance de leur duo qu'ils ont baptisé Insula.C'est en 2015 que leur projet définitif est né lors de plusieurs jours de composition musicale à Paris et en Martinique, suivis d'un premier concert en duo au festival Biguine Jazz le 7 août 2015 à Saint-Pierre, en Martinique. Les deux artistes se sont produits ce lundi soir lors d'un concert à l'Institut français de Tlemcen. Le résultat dépassait toutes les attentes des mélomanes et les adeptes du jazz des Caraïbes. Le rythme, la synchronisation entre les deux musiques et une harmonie parfaite entre les deux musiciens étaient au rendez-vous. Redha, en parfaite maîtrise, joue du oud et mandole et Maher du piano. Les deux musiciens entonnaient des chants andalous et caribéens dans un style à la fois insolite et prodigieux. Aux notes du luth bien singulières raisonne le clavier du piano au rythme d'un jazz ancestral. Le tout entremêlé par des chants mi-andalous mi-blues. Leurs compositions musicales sont un brassage de jazz caribéen et moderne, que cultive Maher au piano, et la musique arabo-andalouse, plus largement la musique algérienne sous toutes ses formes, que développe Redha au luth et au mandole. Le public est sorti épaté par la production de ce duo artistique qui a prouvé encore une fois que l'art, la musique et la culture sont une forme d'expression universelle partagée entre tous les peuples. La déclaration de Maher Beauroy à la fin du spectacle n'a laissé personne indifférent. Il dira substantiellement : «Lorsque le projet a vu le jour, le lien entre la Martinique et l'Algérie a paru évident compte tenu de l'histoire entre ces deux peuples».

B. Soufi