29
Sam, Avr

Culture
Typography

La cérémonie d'ouverture de la 11e édition du festival national du théâtre professionnel a eu lieu dans la soirée de mercredi au Théâtre national Maheiddine Bachtarzi, en présence du ministre de la Culture Azeddine Mihoubi.

Très attendu pour s'expliquer sur les grosses coupes budgétaires opérées par son département sur les manifestations nationales et internationales, Azeddine Mihoubi a annoncé que son ministère continuera de soutenir le Théâtre dans la mesure du possible qu'offre la situation économique du pays. Répondant aux professionnels qui appelaient au boycott de cette 11e édition du FNTF, Mihoubi les a invités à discuter dans son bureau. «Les portes du ministère sont ouvertes à tous les professionnels», a-il dit. Mihoubi, dans son discours, a mis l'accent sur l'encouragement de la création nationale. «J'aurais aimé voir plutôt des pièces écrites et mises en scène par des algériens», a-t-il indiqué, invitant les professionnels du théâtre à miser sur la promotion d'œuvres nationales que de ressasser les créations universelles, qui sont, elles, adaptées et mises en scène des milliers de fois à travers toutes les époques. Le ministre de la Culture a annoncé un renouvellement et un rajeunissement du personnel des théâtres régionaux l'année prochaine afin d'apporter un nouveau souffle à ces structures. Et pour parer au déclin du quatrième art dans notre pays, Mihoubi a émis une énième invitation aux théâtres régionaux à mettre fin à la ghettoïsation qui caractérise ces structures régionales et les ouvrir aux associations, coopératives et à tous les autres intervenants dans ce domaine. Cette revendication qui date, et tarde à se concrétiser sur le terrain, permettra une distribution optimale des œuvres théâtrales produites au niveau national, ce qui surmontera et même amènera également ces œuvres à être rentables sur le plan financier. Azeddine Mihoubi a annoncé que l'année 2017 sera «l'année du théâtre à Mostaganem». Cette manifestation, qui débutera au mois de mars prochain, sera un hommage à cette ville qui a donné énormément en œuvres et personnalités au 4e art. Dans ce sillage, il a invité tous les responsables des théâtres régionaux à présenter leurs pièces dans cette ville en hommage au Festival du théâtre amateur de Mostaganem, qui est le plus ancien festival du théâtre en Algérie. Ce festival fêtera la 50e année de sa naissance l'année prochaine. Toujours dans le but de créer une dynamique de création algérienne dans le théâtre, Mihoubi appelle à ouvrir des passerelles entre les metteurs en scène et les écrivains algériens. Juste après la cérémonie d'ouverture, le tour est donné pour le théâtre régional de Skikda qui a présenté sa pièce El Isfafiya. Cette représentation fait partie des pièces qui seront jouées par les 17 troupes qui prennent part à ce festival.

El Iskafya du TR Skikda en ouverture

En ouverture de la 11e édition du festival national du théâtre pressionnel, le théâtre régional de Skikda a présenté mercredi à la salle Mahieddine Bachtarzi (TNA) El Iskafya (le cordonnier) de l'auteur espagnol Federico Garcia Lorca. C'est une comédie qui raconte l'histoire d'un cordonnier qui épouse la plus belle fille, courtisée par tous les hommes de son village. Les tensions conjugales amènent le cordonnier à quitter son domicile, faisant de son épouse la risée de ses voisines. La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre, attirant en grand nombre des prétendants pour la femme abandonnée par son mari. La langue utilisée, l'arabe classique, n'est pas pour faciliter la compréhension des textes par le public. Le spectateur a l'impression que c'est une pièce plutôt traduite vers l'arabe classique qu'adaptée. Par contre, les rôles sont bien interprétés par les jeunes comédiens, bien à l'aise dans de jolis costumes traditionnels espagnols. Les décors de la pièce sont simples, laissant un grand espace aux comédiens sur scène. Le public algérois pourra apprécier les pièces qui seront jouées durant ce festival qui s'étalera jusqu'au 2 décembre. Deux pièces sont programmées par jour. Cette après-midi à 15h, c'est l'association culturelle Al Nawariss de Blida qui va présenter sa pièce intitulée Aatil, adaptée de Othello de Sakespeare. Durant la soirée, ce sera au tour du théâtre régional de Souk-Ahras qui présentera El Imbrator, à 19h. A 17h, il est également prévu la présentation de la pièce reporté ultérieurement de l'association Ayat Malak, au cinéma Eh-Chabab (ex-Casino). Cette dernière sera présentée hors compétition.

A. Ibersiene