29
Sam, Avr

Culture
Typography

La pièce «El Kharif» de la Marocaine Asma Houry a décroché le Grand Prix Soltane Bin Mohamed Kacimi de la 9e édition du Festival du théâtre arabe qui a pris fin, tard dans la nuit du jeudi à vendredi, à la maison de la culture Ould Abderrahmane-Kak de Mostaganem.

Le rideau est, donc, tombé sur le 9e Festival du théâtre arabe dédié au regretté dramaturge Azzedine Medjoubi, après dix jours d'activités diverses et variées, abritées par les wilayas d'Oran et de Mostaganem. Cette édition, organisée par l'Instance arabe du théâtre, en collaboration avec l'Office national de la culture et l'information (ONCI), a été placée sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a été marquée par la présentation d'oeuvres dramatiques nouvellement produites par les théâtres arabes en 2016. L'originalité de cette édition a résidé dans la durée du festival, à savoir 10 jours au lieu des six habituellement. Avant la cérémonie de remise des prix aux lauréats, l'assistance a été conviée à suivre une opérette de Fouzia Aït El Hadj, «Rihlat Hob» dont le texte a été signé par le défunt Omar Bernaoui et la musique du regretté Mohamed Boulifa. Une exposition de peinture et d'ouvrages édités par l'Instance arabe du théâtre a été mise sur pied, au niveau de ladite maison de la culture. Le défunt homme de théâtre et journaliste Feth Ennour Benbrahim, natif de Mostaganem a été honoré à cette occasion à titre posthume par les organisateurs du festival.

Le premier prix doté de 25 000 dollars

La grande gagnante «Kharif» d’Asma Houry, qui a reçu 25 000 dollars, a été largement applaudie par le public. Une pièce écrite par Fatima Houry et mise en scène par Asma Houry, et qui traite du drame vécu par une femme atteinte du cancer. Par ailleurs, des médailles ont été remises à toutes les troupes théâtrales ayant pris part à cette manifestation. Les pièces «Beït Bernarda Alba» et «Sarkhat Alem» (Cri de douleur) de l'université de Skikda ont remporté le premier prix du festival du théâtre universitaire, décerné lors de cette même cérémonie de clôture de la 9e édition du Festival du théâtre arabe. Les 2e et 3e prix sont revenus respectivement aux pièces «Nihayat el louâba» (fin du jeu) de l'université de Sidi Bel-Abbès, et «El Khademateini» (les deux servantes) de l'université d'El Oued. Rappelons aussi que pour la compétition officielle, plusieurs pays arabes y ont pris part avec des oeuvres récentes comme celles du Koweït, de Tunisie, du Maroc, d'Irak, d'Egypte et de Jordanie. L'Algérie, pour sa part, a été représentée par la pièce «Ettoulth El Khali» (No-mans-land) de Tounès Aït Ali. Lors de la remise des prix, des recommandations du jury ont été données et ont porté sur la nécessité d'accorder une importance à l'utilisation de la langue arabe, afin que le contenu des pièces en lice soit à la portée du public arabe. Les membres du jury ont tenu aussi à féliciter les participants pour l'utilisation des moyens technologiques modernes dans les représentations théâtrales, tout en recommandant que ces artifices ne doivent pas se substituer à la prestation du comédien ou au génie créateur du metteur en scène. Rappelons que la 9e édition a vu la création, pour la première fois, d'un programme off (hors compétition), ce qui a permis au public de suivre plusieurs pièces arabes dont deux algériennes «El Guerrab ouessalhine» de Nabil Bensekka, une reprise de la pièce du défunt Ould Abderrahmane Kaki et «Foundouk El Alamine» d'Ahmed Aggoune.

Encourager les jeunes

Cette édition a été, également, marquée par une forte présence de jeunes metteurs en scène qui ont fait preuve d'audace et de courage dans le choix des thématiques abordées. Le secrétaire général de l'Instance arabe du théâtre a assuré que son organisme offrira toutes les opportunités à ces jeunes artistes prometteurs. La cérémonie de clôture été aussi marquée par la présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, celui des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali, du SG de l'Instance arabe du théâtre, Ismaïl Abdellah, du responsable du département culture de l'émirat d'El Shariqa (EAU), Mohamed Abdellah El Aouissi, représentant de Dr. Soltane Mohamed El Kacimi, gouverneur d'El Shariqa et d'un grand nombre d'hommes de théâtre et de la culture, algériens et arabes, en plus de diplomates arabes accrédités en Algérie. A cette occasion, le SG de l'Instance arabe du théâtre, Ismaïl Abdellah, a lu un message de remerciement adressé au Président Bouteflika, sous le patronage duquel s'est tenue cette 9e édition du festival. Profitant de cette occasion, Ismaïl Abdellah a annoncé que la 10e édition du festival aura lieu en 2018 à Tunis.

Sara B.