26
Mar, Mar

International
Typography

réunion des ministres des ae de la ligue arabe

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe se sont réunis, hier, à la demande de l’Arabie saoudite, non pour débattre du génocide des musulmans en Birmanie, du kidnapping de Hariri, du massacre des civils au Yémen, ou de la colonisation en Palestine occupée, mais pour tenter de prôner une résolution contre l’Iran.

L’Arabie saoudite a réclamé une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe pour tenter de les gagner à sa cause contre l’Iran. C’est hier que les travaux ont été lancés au Caire. L'Arabie saoudite a réclamé cette réunion urgente pour discuter des moyens de contrer les interventions iraniennes dans les pays arabes et ses atteintes à la sécurité et à la paix, écrit l’AFP. L’Arabie saoudite cherche à faire adopter une résolution portant condamnation de l'Iran et des milices arabes liées à ce pays, une allusion en premier lieu au mouvement libanais Hezbollah. La réunion extraordinaire examinera aussi un tir de missile des rebelles houthis du Yémen en territoire saoudien, le 4 novembre, et un attentat contre un oléoduc à Bahreïn, le 10 de ce mois. Le génocide perpétré par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contre le Yémen n’est pas à l’ordre du jour. Après le lancement des travaux, la question d'une résolution contre  l'Iran a été  discutée, d'abord à huis clos en commission puis en public devant l'assemblée plus large des ministres des Affaires étrangères, à l'exception notable du chef de la diplomatie libanaise, Gebrane Bassil. Le Bahreïn et les Emirats arabes, pays participant à la coalition arabe contre le Yémen, ont soutenu la demande de réunion de l'Arabie saoudite, également approuvée par Djibouti qui assure la présidence tournante de l'organisation panarabe. L’Arabie saoudite prétexte le tir d’un missile par les houthis du Yémen pour exiger la réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, tandis que ce pays pilonne très souvent les civils. La réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe a lieu à un moment où l’Arabie saoudite est accusée d’avoir kidnappé le Premier ministre libanais et exigé sa démission. L’Arabie saoudite n’a pas anticipé la réaction du peuple libanais, croyant que la démission du Premier ministre allait créer le chaos au Liban, opposant les sunnites aux chiites. Les sunnites et chiites libanais ont dénoncé le kidnapping mené par l’Arabie saoudite. Le royaume était donc dans l’embarras, et c’est à ce moment que le président français, Emmanuel Macron, est intervenu pour sauver la face de l’Arabie saoudite. Le Premier ministre libanais a été invité à Paris et reçu à l’Elysée par Emmanuel Macron. Hariri a noté qu’il participera à la fête de l’indépendance du Liban mercredi. Au Yémen, la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite est accusée d’avoir perpétré des crimes de guerre contre les civils du Yémen.
L’ONU a noté que des milliers de civils ont été tués par la coalition arabe. En exigeant une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe pour promulguer une résolution contre l’Iran, l’Arabie saoudite tente de faire oublier sa politique hostile à la paix dans la région et se dédouaner du soutien apporté aux djihadistes. Un désaccord opposant les pays de la Ligue arabe peut émailler les travaux de la Ligue arabe.


Mounir Abi