20
Mer, Mar

Santé
Typography

Alors que le secteur de la santé connaît d'énormes problèmes, des milliers de médecins formés en Algérie, 4812 plus exactement, ont quitté le pays pour travailler en France.

 

Les médecins diplômés en Algérie représentent 38% de l'ensemble des médecins extra Union européenne en activité régulière en France, a indiqué jeudi le Conseil national de l'ordre des médecins (CNOM) de France. Selon une étude sur la démographie médicale qui a relevé qu'au 1er janvier 2017, la France comptait 26.805 médecins titulaires d'un diplôme européen ou extra-européen, derrière les Algériens, viennent les Syriens (11 %), les Marocains (9 %), les Tunisiens (7 %) et les Malgaches (4 %), ce qui constitue une hausse de 7,8 points par rapport à 2007, année de la dernière étude. Parmi ces médecins, 22.619 exerçaient de façon régulière, soit 11,8 % du total des médecins en activité régulière. L'étude fait ressortir également, que les médecins diplômés hors de France (en activité régulière) et inscrits au tableau de l'ordre au 1er janvier 2017 sont au nombre de 22 619, parmi eux 22 015 sont diplômés hors de France et nés hors de France et 604 médecins sont diplômés en France et nés hors de France. Le nombre des médecins diplômés hors de France inscrits au tableau de l'ordre devrait atteindre les 30 000 en 2020, ajoute l'étude sur la démographie médicale. Parmi les diplômés étrangers, la démographie médicale, publiée 10 ans après celle de 2007, a relevé une montée en puissance des médecins diplômés en Roumanie qui sont aujourd'hui au nombre de 4.254, soulignant que ce nombre s'est multiplié par sept (+ 659 %) depuis 2007, date de l'entrée du pays dans l'Union européenne. D'après l'étude, ils atteindront en 2020 le nombre de 4.711, soit un effectif proche de celui des diplômés en Algérie (4.812), dont le nombre a cru de 56 % en dix ans. Le président du Conseil national de l'ordre des médecins algériens, Dr. Bekkat Berkani Mohamed, avait avancé en janvier dernier le chiffre de 10.000 médecins algériens activant en France, alors que dans le milieu des praticiens on parle de plus de 20.000. Le CNOM français, avec ses 290.974 médecins inscrits au tableau de l'ordre au 1er janvier 2017, a indiqué que les médecins diplômés à l'étranger rendent énormément service à certains hôpitaux qui ont du mal à attirer les jeunes médecins français, mais affirme que les médecins étrangers ne sont pas la solution pour combattre les déserts médicaux en France.
Par ailleurs, l'étude met en relief une baisse du nombre de médecins en activité régulière, une féminisation de la profession et un renouvellement générationnel. «Les femmes représentent désormais 47 % des médecins en activité régulière contre 38 % en 2007», a précisé l'étude qui note une baisse préoccupante du nombre de généralistes, alors que la population nationale augmente. «Cette baisse du nombre de généralistes est d'autant plus alarmante qu'elle affecte la quasi-totalité de nos territoires», ajoute-t-on.

R. N.