23
Sam, Mar

Régions
Typography

La première édition du marathon Smaïl Yefsah aura lieu ce samedi 18 octobre dans la commune de Tizi Rached, à l'initiative de l'association Le défi, sous le haut patronage du wali de Tizi Ouzou, l'APW de Tizi Ouzou, la direction de la jeunesse et des sports locale, et la ligue d'athlétisme de Tizi Ouzou.

Pendant cette joute, les coureurs auront à parcourir sur une distance de 16 km sur un itinéraire allant de l'ENIEM de Oued Aissi au centre du village Tala Amara, village natal de Smaïl Yefsah, en passant par le rond point de Tamda et le chef-lieu communal de Tizi Rached. Cette manifestation est également organisée avec le concours de la daïra et l'APC de Tizi Rached, l'APC de Larbaâ Nath Irathen, l'APC d'Irdjen, la radio de Tizi Ouzou, le Croissant-Rouge de Tala Amara, l'auberge de jeunes de Tizi Rached, et de Tala Amara.

Les athlètes désirant participer à ce marathon peuvent signer leurs engagements et prendre leurs dossards au niveau de la ligue d'athlétisme de Tizi Ouzou au niveau du stade du 1er-Novembre. Qui ne connaît pas Smaïl de l'ancienne génération, 24 ans ? Jour pour jour seront passées ce samedi, depuis le lâche assassinat du jeune journaliste, Smaïl Yefsah. Il est sorti, comme d'habitude, en cette matinée fatidique du 18 octobre 1993 pour rejoindre son travail à la Télévision algérienne. Smaïl n'arrivera jamais à destination. Il a été victime d'un attentat terroriste, non loin de son domicile au quartier Bab Ezzouar d'Alger. Smaïl Yefsah a suivi des études en sciences politiques à l'université d'Alger. En 1987, il fera un bref passage dans un journal économique en langue arabe, avant d'intégrer l'équipe rédactionnelle de l'ENTV. Il présentera les journaux télévisés, avant de se voir promu au poste de rédacteur en chef au niveau de l'Entreprise de la télévision algérienne. De rédacteur-présentateur, Smaïl Yefsah devint sous-directeur de l'information. A l'aise aussi bien dans la présentation de journaux télévisés que dans le reportage sur le terrain, il sera chargé de plusieurs missions en Algérie et à l'étranger. Le 18 octobre 1993, Smaïl allait avoir 31 ans. Son seul «crime» était d'exercer son métier de journaliste. Il venait tout juste de se marier. Il était à son 40e jour de mariage. Pour rappel, la cité des 2068 logements porte, aujourd'hui, le nom du journaliste martyr. Lors du 18e anniversaire de sa disparition, une stèle a été érigée sur le lieu de son assassinat en présence de sa famille, de ses amis, ainsi que de ses anciens collègues, venus tous pour se recueillir à sa mémoire.

Khaled Haddag