Régions
Typography

Une stratégie visant la revalorisation du développement de proximité sera établie par le gouvernement à partir de 2018, en vue de permettre aux élus de s'occuper davantage des préoccupations des populations, à travers l'ensemble des localités du pays.

 

«Pour cela, des efforts seront consentis pour la revalorisation des subventions accordées dans le cadre des plans communaux de développement (PCD) et même d'aller vers d'autres sources de financement». C'est du moins ce qu'a annoncé le wali de Tizi-Ouzou, Mohamed Bouderbali, en marge des festivités organisées, avant-hier pour la commémoration du 56e anniversaire des massacres du 17 Octobre 1961 à Paris. «L'option du gouvernement vise à s'occuper davantage de développement de proximité en 2018. D'ailleurs, des projets seront lancés dans ce sens et il y aura une valorisation des montants alloués aux communes dans le cadre des PCD pour permettre aux élus de prendre en charge les préoccupations des citoyens d'une manière rapide», a-t-il encore déclaré.
Après avoir procédé au dépôt de gerbes de fleurs au carré des martyrs de M'Douha qui a été suivi par la levée des couleurs nationales et la lecture de la Fatiha et une minute de silence à la mémoire des Chouhada pour marquer cet événement du 17 Octobre 1961, durant lequel des centaines d'Algériens issus de la communauté nationale établie en France ont été violemment réprimés par la police du criminel Maurice Papon, le wali s'est rendu au niveau de la commune de Maâtkas, où il a instruits les élus locaux de répondre aux préoccupations des citoyens. A ce sujet, il a affirmé que toutes les opérations qui nécessitent le dégel ont été recensées pour répondre aux besoins de la population locale. «Suite aux instructions du Premier ministre, il faut dégeler les projets liés à trois secteurs à savoir : La santé, l'éducation et les ressources hydriques (alimentation en eau potable et l'assainissement) et le revêtement des routes qui constituent l'une des revendications les plus préoccupantes de la population locale». Accompagné du P/APW, Dr. Mohamed Msella, et d'une forte d délégation de son exécutif local, le wali a procédé à la mise en service de gaz naturel au profit de 1 283 foyers au niveau des villages de Ghendoussa, Bouarfa et Haddada. «En espace d'une semaine, nous avons raccordé 2 800 foyers à cette énergie afin de renforcer le réseau de raccordement au niveau local».
Sollicité par les représentants des comités de villages au sujet du dossier portant réalisation d'un stade communal dont devrait bénéficier leur localité, Mohamed Bouderbali a tenu à expliquer que ce projet a été rejeté pour la simple raison que l'enveloppe financière excessive qu'il faudrait dégager pour sa mise en service. «Le terrain choisi pour la réalisation de ce stade est extrêmement difficile. Il nous faudrait 32 milliards de centimes. Alors, et en tant que gestionnaire, je ne peux pas débourser une somme qui est 3 ou 4 fois supérieure à celle allouée aux autres stades qui ne dépasse pas les 8 milliards de centimes. C'est impensable», a-t-il rétorqué. Ainsi, il a chargé les autorités locales de trouver une assiette de terrain plus favorable pour la réalisation de ce stade communal.
A la fin de sa visite, il s'est rendu au niveau de la commune de Souk El-Tenine où il a procédé à l'inauguration d'un monument commémoratif érigé à l'effigie des 200 martyrs issus de la région tombés au champ d'honneur.

Z. C. Hamri