20
Mer, Sep

Éducation
Typography

Qualifiée de «fiasco» et d'échec, la session «spéciale» de l'examen national du baccalauréat, qui se tient entre le 13 et le 18 juillet, n'a pas été sans surprise pour la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit.

 

Les syndicats du secteur ont, de leur côté, estimé que cette session sonne comme une «consécration de l'échec» et qu'elle n'a pas lieu d'être. En effet, plus de 80% des candidats «retardataires» à la première session du bac, ne se sont pas présentés aux examens du bac «spécial», selon les syndicats du secteur de l'éducation. La ministre Benghabrit a de son côté, annoncé un taux d'absentéisme de 75.66%, soit 78.672 candidats sur les 100.000 concernés par ces épreuves. Selon Benghabrit, 77.37% des absents sont des candidats libres, soit les trois-quarts des candidats se sont absentés et les salles d'examen étaient désespérément vides, dans la quasi-totalité des centres. Les 299 centres d'examen, répartis à travers le territoire national à l'occasion de la session spéciale du bac 2017, étaient pratiquement vides dès le premier jour des épreuves. Cette fois-ci, il n'est plus question de retardataires mais tout bonnement d'absents. Un constat affligeant qu'ont fait les syndicats de l'éducation. Sur les 104 000 candidats attendus, plus de 80 000 n'ont pas jugé utile de se rendre aux lieux des examens. «Nous avons prédit qu'il allait y avoir plus de 80 000 absents à cette session. Nous avons prédit également que les abandons de la première session le seront aussi pour cette session spéciale», nous a affirmé Meziane Meriane, coordonnateur du Snapest. «Le ministère commence à réagir en réaménageant certains centres d'examen retenus pour cette session spéciale, puisqu'ils sont dans leur majorité vides» a-t-il souligné avant de déplorer le fait qu'on a gâché les vacances des enseignants qui ne trouvent pas de candidats à surveiller. Selon lui, les directives données par le Premier ministère pour la tenue de cette session «spéciale» n'ont pas été respectées. «La directive de la présidence de la République et du Premier ministère s'adresse aux retardataires.
Or le ministère de l'Education natinale n'a pas les noms des élèves arrivés en retard le jour de l'examen. Ainsi, tous les absents ont été comme des retardataires», souligne le syndicaliste qui affirme que cette session n'a pas lieu d'être. Il a par la suite appelé à ce qu'il n'y ait plus d'ingérence de la politique dans la pédagogie.
De son côté, le Conseil des lycéens d'Algérie (CLA), qui maintient sa position de boycotter cette session spéciale, confirme que seulement 10% des candidats ont participé à cet examen. Messaoud Boudiba, secrétaire national du Cnapest, a estimé que ce constat porte «atteinte à la crédibilité» des examens nationaux.
Une situation qui risque de se répéter lors des prochaines sessions du bac. La ministre de l'Education nationale est donc tenue de trouver les mécanismes adéquats pour rehausser le niveau et faire face à la triche et à la fuite des sujets.

Deuxième chance, dites-vous ?

Paradoxal. Présenté comme étant celle de la deuxième chance, la session spéciale du baccalauréat a tourné court. Et pour cause, l'écrasante majorité des candidats concernés ne s’est pas présentée aux épreuves... à tel point qu’il y avait plus de surveillants que de candidats. D'aucuns diraient même que le secteur de l'éducation est sous l'emprise d'une malédiction : manque de visibilité, opérations de ravalement de façade et pas de réforme en profondeur du système éducatif. Un enseignant rencontré devant un centre d'examen de la capitale est excédé : «On nous mobilise, on nous gâche nos vacances, pour en fin de compte se retrouver à quatre surveillants pour deux candidats, et parfois plus». Une situation qui n'a pas manqué de susciter l'ire des surveillants et des syndicats des enseignants qui, pour la plupart, ont sacrifié leurs vacances pour se retrouver dans des salles d'examen littéralement désertées par les candidats. D'ailleurs, sur les 100 000 candidats concernés par cette session, plus des deux tiers (entre 75 000 et 80 000) ne s'étaient pas présentés aux épreuves. Il y avait même des salles d'examen non utilisées en raison du fort taux d'absentéisme. Pourquoi tant de gaspillage de moyens, sachant pertinemment que cette session n'allait pas drainer grand monde ? Le fiasco enregistré lors de cette session spéciale donne raison à la première responsable du secteur, Nouria Benghebrit, qui n'était pas favorable à son organisation. Un échec qui a également pénalisé les enseignants qui, au lieu de se reposer, se retrouvent de nouveau dans les salles d'examen, en pleine canicule. Question : qu'est-ce qui a motivé la décision d'organiser cette session spéciale du Bac ? N'aurait-il pas été plus raisonnable de circonscrire cette session aux 10 000 retardataires lors de la session ordinai- re ? Après le scandale des fuites au bac qui avait défrayé la chronique l'année dernière, on trouve toujours le moyen de tomber dans les travers d'une improvisation qui ne fait que porter préjudice au secteur de l'Education. Un secteur qui est non seulement fortement fragilisé par les errements de ses responsables, mais surtout par la démission des parents d'élèves pour qui le recours à la triche est somme toute chose banale. En effet, au lieu de sévir en appliquant la loi dans toute sa rigueur, voilà que l'on remet en cause ses propres lois, et que parfois on invite même à les bafouer. Alors que si cette année les retardataires et les tricheurs avaient été sanctionnés, l'année prochaine, tout candidat tenté par la «facilité» réfléchira à deux fois avant de passer à l'acte. L'école qui dispense la discipline, l'honnêteté, l'effort et l'éthique doit commencer par être ce creuset de toutes ces valeurs qu'elle n'a cessé d'inculquer à des générations d'élèves.

Fella H. et A. Louni

Votre Edition Numérique

 

facebook

Météo

Algiers Algeria Sunny, 26 °C
Current Conditions
Sunrise: 6:35 am   |   Sunset: 6:47 pm
49%     22.5 km/h     34.203 bar
Forecast
MER Min: 14 °C Max: 26 °C
JEU Min: 16 °C Max: 28 °C
VEN Min: 15 °C Max: 30 °C
SAM Min: 18 °C Max: 30 °C
DIM Min: 17 °C Max: 27 °C
LUN Min: 16 °C Max: 28 °C
MAR Min: 16 °C Max: 28 °C
MER Min: 15 °C Max: 28 °C
JEU Min: 15 °C Max: 28 °C
VEN Min: 16 °C Max: 27 °C
Oran Rp Algeria Sunny, 26 °C
Current Conditions
Sunrise: 6:49 am   |   Sunset: 7:2 pm
52%     17.7 km/h     34.033 bar
Forecast
MER Min: 17 °C Max: 26 °C
JEU Min: 20 °C Max: 26 °C
VEN Min: 19 °C Max: 27 °C
SAM Min: 19 °C Max: 28 °C
DIM Min: 18 °C Max: 28 °C
LUN Min: 16 °C Max: 29 °C
MAR Min: 17 °C Max: 29 °C
MER Min: 17 °C Max: 28 °C
JEU Min: 17 °C Max: 28 °C
VEN Min: 17 °C Max: 28 °C
Annaba Algeria Fair (day), 23 °C
Current Conditions
Sunrise: 6:16 am   |   Sunset: 6:28 pm
46%     29.0 km/h     34.203 bar
Forecast
MER Min: 18 °C Max: 24 °C
JEU Min: 16 °C Max: 24 °C
VEN Min: 15 °C Max: 26 °C
SAM Min: 17 °C Max: 26 °C
DIM Min: 17 °C Max: 24 °C
LUN Min: 17 °C Max: 24 °C
MAR Min: 16 °C Max: 25 °C
MER Min: 16 °C Max: 24 °C
JEU Min: 16 °C Max: 25 °C
VEN Min: 16 °C Max: 23 °C