16-02-2011
Beauté
Le lifting pour reculer les effets de l'âge

Même si le recours au lifting a beaucoup diminué au profit de méthodes de médecine esthétique, il reste une technique de référence contre le vieillissement du visage. 

Sans nécessité médicale, le lifting a vu les techniques utilisées beaucoup évoluer pour suivre les attentes des patients, qui ont eux aussi évolué. La plupart souhaitent rajeunir sans que cela se voie. Avec l'âge, le visage s'affaisse, mais se creuse aussi souvent, et un comblement peut devenir nécessaire.

On augmente un volume ici, on diminue par liposuccion ailleurs, on comble une ride ou un sillon nasogénien trop creux, on ouvre un regard en remontant la queue du sourcil ou on efface par peeling la ridule d'une lèvre.

Chaque visage vieillit différemment. Chez certains, l'affaissement est segmentaire et ne concerne que les bajoues ou la queue du sourcil. Il y a donc des gestes adaptés à chaque région: lifting temporal pour le sourcil, médio facial pour le sillon nasogénien… Parfois, le lifting est très local et ne demande qu'un décollement minime réalisé sous endoscopie. Le plus souvent, l'intervention demande entre une et quatre heures. Elle se fait d'ordinaire sous anesthésie locale ou locorégionale légère, plus rarement sous anesthésie générale.

Le lifting vertical
En remontant le visage vers le haut au lieu de le tirer en arrière, on évite l'effet de visage tiré qui a beaucoup nui à l'intervention. Mais c'est surtout l'essor des techniques de médecine esthétique qui concurrence aujourd'hui cet acte chirurgical.

Celles-ci se sont beaucoup développées avec l'arrivée massive des produits de comblement. Ces produits ont une place chez la femme jeune. Ils peuvent redonner du volume, mais ne remonteront pas un visage. De plus, s'ils sont mal résorbés, des injections répétées peuvent provoquer des bouffissures du visage, des granulomes, difficilement rattrapables ensuite, même par la chirurgie.

Passés les huit à dix premiers jours difficiles, le résultat du lifting se juge au minimum un mois après l'intervention, et son effet peut durer jusqu'à dix ou quinze ans, avant d'être répété si nécessaire.