01-04-2011
Coopérative El Amel (El Achour)
La colère des habitants

Les travaux de réaménagement qui piétinent sont à l'origine de l'isolement des habitants de la coopérative El Amel, dans la commune d'El Achour. Ainsi, ce projet visant à mettre fin à leurs doléances est transformé en un calvaire qu'ils subissent au quotidien.

Les retards accusés engendrent maints préjudices pour les habitants de la coopérative El Amel dans la commune d'El Achour.

Ceux-ci déplorent l'isolement dont ils vivent depuis le lancement du projet qui semble, selon eux, s'éterniser. Il s'agit d'une opération de réfection de la route reliant le chef-lieu de la commune à l'autoroute.

Confié à une entreprise des travaux publics privée, le projet lancé en 2006 est pratiquement à l'abandon depuis longtemps. Pointant du doigt le responsable de l'APC et l'entreprise en question, les habitants déclarent qu'ils vont saisir la justice. «Ils sont à l'origine  de notre calvaire», déclare un riverain.

Les travaux ont commencé en août 2010 mais ils sont reportés à plusieurs reprises à cause de multiples prétextes. «Ils aménagent d'un côté et ils délaissent d'un autre», souligne un habitant du quartier. Ainsi ce projet visant à mettre à la disposition des résidents une artère, qui facilitera leur déplacement, est devenu la source de leur morosité quotidienne.

«C'est l'enfer au quotidien», s'exclame certains d'entre eux en décrivant l'état des lieux. «Notre quartier est devenu inaccessible», déplore un habitant qui ajoute que la route est devenue impraticable à la circulation aussi bien pour les piétons que pour les automobilistes.

Ce chantier a causé la fermeture de plusieurs commerces. «Les gens ne passent plus par là», déclare le propriétaire d'un commerce avec un ton de désolation.

Le  même avis est  partagé par un autre commerçant qui indique que « les clients se font de plus en plus rares et  les recettes s'en ressentent énormément».

Pis, certains résidents ont quitté les lieux en louant dans d'autres quartiers. Les riverains évoquent également que le réseau du gaz et les lignes téléphoniques ont été affectés. Autant de désagréments qui ont fait l'objet de leurs multiples plaintes mais sans suite, s'insurgent les résidents de la coopérative El Amel.

Karima Adjemout