11-06-2011

Psycho

Rôle des parents dans les rapports enfants/loisirs

Une étude qui devrait intéresser les parents : pour qu’un enfant pratique assidûment un sport, un instrument de musique ou tout autre loisir, ils faut lui donner la possibilité d’avoir de l’autonomie.  Selon les résultats d’une étude canadienne, le contrôle parental a une influence directe sur la capacité de l’enfant à nourrir une passion harmonieuse ou obsessive à l’égard de son loisir préféré. 

L’auteure principale de l’étude explique en effet que «les adultes exerçant un contrôle trop important pouvaient favoriser le développement d’une passion obsessive chez leurs enfants en leur apprenant que l’approbation sociale ne s’obtient que par l’excellence.

Une activité peut devenir très importante pour des raisons d’autoprotection qui ne correspondent pas nécessairement aux véritables aspirations de l’enfant». Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont évalué 588 musiciens et athlètes, nageurs ou skieurs.

Les participants, âgés de 6 à 38 ans, étaient répartis en trois groupes en fonction de leur niveau de pratique : débutant, intermédiaire et expert. Les chercheurs ont utilisé une échelle de type Likert2 pour mesurer le rôle que jouaient les parents dans l’acquisition de l’autonomie de leur enfant et le bien-être des enfants vis-à-vis de leur activité de prédilection.

Même lorsque les parents soutiennent convenablement leur enfant et l’encouragent à poursuivre une activité, leurs encouragements peuvent vite devenir oppressants.

«Les enfants et les adolescents à qui l’on donne les moyens d’être autonomes sont plus susceptibles de s’investir dans leur activité préférée au fil du temps, explique l’auteure. Etre passionné, ce n’est pas tant un trait de personnalité qu’une relation que l’on développe avec une activité en particulier.»