13-07-2011
Casbah
L'agresseur du SG de l'APC suspendu

L'agent chargé du service social à l'APC de la Casbah a été suspendu de ses fonctions pour une durée deux mois après avoir agressé physiquement, mardi matin, le secrétaire général de la même APC. Le SG qui a été admis à l'hôpital Mohamed Lamine Debaghine (Ex-maillot) de Bab El Oued suite à cette agression, s'en est finalement sorti avec huit points de suture, apprend-t-on auprès de l'assemblée.

La victime, diabétique, a été interrogée par la police dans son lit d'hôpital. Une plainte a été déposée contre l'agresseur qui devra répondre de son geste devant le tribunal. Aux dernières nouvelles, le SG a été reçu hier à la wilaya déléguée de Bab El Oued territorialement compétente, très probablement pour discuter de cette agression. Pour rappel, l'APC de la Casbah est sans maire depuis mai 2010.

Après la destitution de Amar Ztéli (FLN), par un vote de défiance à la majorité des membres de l'assemblée, un administrateur a été nommé pour gérer les affaires courantes en attendant la nomination, au bout d'un mois, d'un successeur. Cette nomination ne s'est jamais faite.

L'administration représentée par la wilaya déléguée de Bab El Oued et la wilaya n'ont pas donné suite à la proposition de la majorité des membres de l'APC qui voulaient voir Farid Boussahia (FLN) accéder au poste de premier magistrat de la commune. L'assemblée est bloquée depuis son installation, en décembre 2007, suite au refus de quatre membres de la liste de la majoritaire, qui en compte huit, d'accepter un deuxième mandat pour

M. Ztéli. L'année passée, ces quatre membres du parti de Abdelaziz Belkhadem ont réussi à relier à leur cause six autres élus du RND, PT et FNA. A dix, ils ont signé la délibération, première du genre depuis l'installation de l'assemblée, portant destitution de M. Ztéli pour mauvaise gestion des affaires de la commune.

Le même groupe n'a pas réussi à désigner le nouveau maire. Toutes leurs propositions ont été rejetées par la tutelle pour des raisons-une interprétation tendancieuse du code de la commune-que les élus rejettent catégoriquement. Le jour de sa destitution, M. Ztéli a reçu des témoignages d'assurance de la part de ses fans : "Ça va rester comme ça (blocage) jusqu'aux élections de 2012".            

D. Ch.