180



LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Evénements arrow Une tripartite à réinventer



 


Version imprimable

Suggérer par mail
08-10-2011
Point Net
Une tripartite à réinventer

Les patrons algériens son terribles. Pendant des années, ils sont partis siéger dans des tripartites dont ils n'attendaient pourtant rien d'autre en dehors du rôle pour lequel elles ont été instituées : entériner des décisions politiques de façon à faire croire qu'elles sont l'émanation d'un dialogue social. 

Très pratique, cette façon de concevoir la concertation socioéconomique : on décide, puis on «négocie». Socioéconomique. Si la deuxième partie de ce mot composé fait souvent de la figuration, c'est qu'elle a toujours préfiguré le rôle des patrons précisément dans ces rendez-vous qui, décidément, n'épatent pas grand monde.

Et pour cause,  ceux qu'ils sont censés tenir en haleine dorment déjà sur leurs deux oreilles, bien avant la tenue et le terme des travaux puisqu'ils savent déjà tout ce qui va en sortir.

Et pas en le devinant ! Pendant longtemps, ils ont accepté d'aller à des «dialogues» où il n'est jamais question de développement, jamais question d'économie, jamais question d'entreprise, jamais de productivité : des paramètres dont l'omniprésence aurait pourtant dû être naturelle à chaque fois qu'il est question de «salaires».

On aurait pu simplifier les choses en constatant par exemple qu'on ne saurait, tout aussi «naturellement», s'encombrer du souci de productivité quand on n'a pas la réputation d'être préoccupé par la… production.

On fera alors semblant de parler des salaires, puisque de toute façon, il ne s'agit que de relever le SNMG, chose faite, ce qui ne gâte rien, à un tout autre niveau de responsabilité… politique.

Et pourquoi le patronat aurait alors le souci de représentation et de représentativité… syndicale de ceux qui viennent parler au nom du monde du travail comme le fait aujourd'hui M. Hamiani qui dit maintenant «oui aux syndicats autonomes» tout en appréhendant «la surenchère trotskyste»? 

On peut bien évidemment comprendre le souci du patron des patrons s'il ne s'agissait que de «surenchère trotskyste» ou de la résurgence de la «lutte des classes» pour rester dans ses propres termes. Le problème est que M. Hamiani va jusqu'à… l'essentiel, puisqu'il évoque, non sans pertinence, la «crédibilité» et la «responsabilité des organisations syndicales éligibles à la table de la concertation.

On peut aussi avoir le réflexe de lui rappeler que la représentativité et la crédibilité ne sont pas seulement discutables chez un partenaire sur trois et que c'est toute la philosophie des tripartites qui est à revoir, dans sa conception comme dans sa finalité.

Sinon il n'aurait pas été question de pertinence ou non de la participation du patronat au dernier rendez-vous  dans le genre. Un dernier rendez-vous  qui, ce qui ne gâte toujours rien, n'a servi qu'à… porter le SNMG à 18 000 dinars. Même si cette fois il y a eu un semblant de suspense où même la «surenchérie trotskyste» a fait illusion. En dehors des syndicats autonomes, tout de même.         


Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 


Suivant >
 

EDITION DU DIMANCHE 09 OCTOBRE 2011 

Point Net

Une tripartite à réinventer

Les patrons algériens son terribles. Pendant des années, ils sont partis siéger dans des tripartites dont ils n'attendaient pourtant rien d'autre en dehors du rôle pour lequel elles ont été instituées : entériner des décisions politiques de façon à faire croire qu'elles sont l'émanation d'un dialogue social. 

Lire la suite…









Edition du 09-10-11 – N° 845

A LIRE AUSSI

 

Championnat professionnel de Ligue 2 (5e journée)
La bonne affaire du CABBA et de… la JS Saoura !
Décidément, le CA Bordj Bou Arréridj est pressé de retrouver rapidement l'élite une saison après l'avoir quittée. Vendredi, les Criquets ont réalisé une excellente opération en allant l'emporter à Béjaïa face au Moulouida local dans le match au sommet  de la 5e journée de la Ligue 2 (2-1).

Lire la suite…


Participation des athlètes suspendus aux JO
Le TAS dit non au CIO et à l'Usoc
«La décision de la commission exécutive du CIO du 27 juin 2008 interdisant aux athlètes ayant été suspendus pour une période de plus de six mois en raison d'une violation d'antidopage de participer aux prochains Jeux olympiques est non valable et inapplicable.»

Lire la suite…


Marcel Desailly (représentant de la FFF en Afrique) :
«Apporter l'expertise française au football africain»
Fraîchement nommé représentant de l'instance dirigeante du football français en Afrique, Marcel Desailly, ancien international français d'origine ghanéenne, prend son nouveau rôle au sérieux et voit en cette opportunité une manière de pérenniser le football africain.

Lire la suite…


Eliminatoires de la CAN 2012 : Algérie – RCA (20h30) au 5 Juillet
Les Verts doivent relever la tête
L'équipe nationale de football jouera ce soir (20h30) au stade 5 Juillet son dernier match dans les éliminatoires de la CAN 2012 contre la surprenante sélection centrafricaine qui l'avait humiliée (2-0), il y a presque une année,

Lire la suite…


Bilan chiffré de l'USMA
Les 360 minutes de jeu de 7 joueurs
L'USM Alger aura donc achevé la première partie du championnat, composée de quatre journées, en seconde position, ce qui, en soi, n'est ni un échec ni une réussite. Ce n'est pas un échec parce que terminer deuxième après quatre matches c'est plus qu'honorable.

Lire la suite…

 

Conférence de presse de Ouyahia à l’issue de la tripartite





Le film de la vie de Halilhodzic





USMA







PUBLICITE







Archives PDF

Site waqt el djazair

Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivantsTel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

Syndication

RSS – LE TEMPS