LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Evénements arrow A fausses banques, fausses entreprises
 
Version imprimable Suggérer par mail
04-12-2011
Point Net
A fausses banques, fausses entreprises

Les banques publiques s'engagent à «accompagner les entreprises privées en difficulté», notamment par le «rééchelonnement» de leurs dettes. Par «notamment», il s'agit manifestement de comprendre «essentiellement», puisque c'est cette dernière question qui est à «l'ordre du jour» ces derniers temps, le reste n'étant que concomitance associée au discours de circonstance. Formulée ainsi, la perspective de mesures dans ce sens prend toutes les allures d'une décision politique qui aurait pu être appuyée par un effort d'imagination.

Or, la question qui vient tout de suite à l'esprit dans le cas précis est peut-être la suivante : est-ce que les banques publiques accompagnent déjà les entreprises qui marchent ou qui peuvent marcher, avant de se découvrir des vocations philanthropiques ? Tout le monde, ou presque, sait que les décisions politiques en la matière, si elles sont prises sur la base d'un état des lieux général, ne sont pas toujours un gage d'efficacité économique quand ceux qu'elles instruisent n'en traduisent pas l'esprit par la meilleure façon de… faire son travail.

Et si tout le monde ne sait pas comment les banques doivent faire leur travail, tout le monde devrait connaître ce qu'est le travail des banques : entre autres prêter de l'argent à ceux qui veulent créer des entreprises. Comme la vocation d'une banque, c'est aussi et surtout générer des intérêts, elles sont censées ne s'engager qu'avec les porteurs de projets viables, rentables et pourquoi pas, socialement utiles, dans le cas des banques publiques.

La «décision» comme les velléités de la traduire dans la réalité comme les termes du discours qui l'accompagnent étant «globalement globalisants»,

il devient évident que les banques ne sont pas près d'enfin… faire leur travail. S'il s'agissait de rééchelonner les dettes de toutes les entreprises en difficulté ou de les effacer comme on a fait pour tous les " «agriculteurs», si ça pouvait être une panacée, ça se serait su depuis longtemps.

Précisément depuis les temps immémoriaux qu'on rééchelonne, qu'on efface et qu'on perfuse avec des entreprises publiques cliniquement mortes.

Paradoxalement, les chefs d'entreprises semblent s'en accommoder, puisque leurs représentants formulent rarement des demandes qui considèrent la banque comme une… entreprise financière, mais font plutôt dans la «revendication» pour tout le monde. Et on se retrouve avec des banques qui ont oublié faire des intérêts parce qu'elles ont abandonné leur vocation et des entrepreneurs qui font la manche parce qu'ils ont oublié de convaincre.
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir       
 
< Précédent   Suivant >
 
EDITION DU MARDI 06 DECEMBRE 2011 

Vivez la télé autrement, visitez dzairwebtv

Dzair web tv

Point Net

Le plateau et les casseroles

Dimanche soir, dans «Hiwar meftouh», les téléspectateurs résiduels de l'ENTV étaient conviés à un «débat politique ouvert et contradictoire». En théorie, tous les «ingrédients» étaient réunis pour un moment de télévision comme en rêvent les Algériens qui en voient d'autres tous les soirs que Dieu fait.

Lire la suite…









Edition du 06-12-11 – N° 892

Archives PDF

A LIRE AUSSI

 

ASO
Saâdi met en garde ses joueurs contre l’excès de confiance
Le premier responsable de la barre technique chélifienne Nouredine Saâdi se concentre avec son équipe sur la prochaine sortie difficile qui les mènera dans la capitale des Zianides où ils auront à affronter les poulains de Abdelkader Amrani, l'ex-entraîneur des lions du Chélif.

Lire la suite…


EN olympique
Chalali : «Je n'ai jamais accusé les Marocains de sorcellerie»
Le capitaine de l'EN olympique, Mohamed Chalali, est revenu sur son compte Facebook sur ce qui s'est passé lors du derby maghrébin contre le Maroc, comptant pour la seconde journée du tournoi qualificatif aux Jeux Olympiques 2012 de Londres.

Lire la suite…


Samir Zaoui:
“Rester sur notre lancée”
Le capitaine des Lions du Chéliff, Samir Zaoui était très content de l'issue de la rencontre de son équipe devant l'ASK, même s'il a pas joué cette rencontre.  Cependant, l'enfant de Aïn Boucif a demandé à ses équipiers de descendre de leur nuage et de penser sérieusement au matchd'aujourd'hui. Pour Zaoui, l'ASO doit gagner coûte que coûte cette rencontre.

Lire la suite…


Halilhodzic : «C'est Leonardo qui a déstabilisé le PSG»
L'ancien coach du PSG, Vahid Halilhodzic, aujourd'hui sélectionneur de l'équipe d'Algérie, ne s'est pas gêné pour critiquer l'attitude du directeur sportif Leonardo.Le technicien bosnien estime que le Brésilien est responsable de la situation dans laquelle se trouve l'équipe :

Lire la suite…


CRB-MCA
Bracci défie le Chabab
Une semaine après avoir battu l'USMA sur le score de un but à zéro signé Zeddam, le Mouloudia d'Alger croisera le fer avec un autre grand rival de la capitale, en l'occurrence le CR Belouizdad, et ce, dans une grande affiche de la 12e journée qu'abritera à 18h le stade 5-juillet.

Lire la suite…

 
Cours des devises

Evolution des marchés

Les larmes de la ministre italienne des affaires sociales

 

Quand BHL propose aux musulmans de se convertir au judaïsme

   Cancer et prise en charge : Témoignages de malades
 

PUBLICITE

Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivantsTel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

RSS – LE TEMPS