LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Régions arrow Ath Ziki tente de panser ses blessures
 
Version imprimable Suggérer par mail
19-02-2012

3 semaines après la tempête de neige

Ath Ziki tente de panser ses blessures

 Le beau temps n'est pas synonyme d'un retour total à la normale. Des villages entiers de la Kabylie profonde tentent toujours de panser les blessures générées par l'inédite tempête de neige qui a «momifié» la wilaya de Tizi Ouzou des jours durant. Isolement, pénuries en tous genres, surtout celle du gaz butane, désespoir, sentiment d'abandon, etc., ont été le lot quotidien des populations qui n'arrêtaient pas de lancer des SOS avant de se rendre à l'évidence que seul le «compter sur soi» pouvait sauver la face.

En nous rendant, vendredi dernier à Ath Ziki, une localité de haute montagne perchée à quelque 1600 mètres d'altitude, nous avons pu constater que rien n'est encore réglé.

Le retour du beau temps, même s'il a permis aux populations, «assignées à résidence» pendant des jours de se ravitailler en gaz et en denrées alimentaires, n'a pas mis fin à la souffrance des citoyens. C'est comme si on se réveillait d'un long cauchemar qui n'a pas encore révélé tous ses secrets.

Les routes, le parcours du combattant  

En démarrant de Tizi, le soleil promet une belle promenade. La voiture que conduit Ouahsen avec tact avale les kilomètres sans coup férir. D'un paysage plutôt stérile, on passe à partir de Chaoufa à d'autres vues plus panoramiques : la plaine montre toute sa nudité entachée encore d'une fine épaisseur de neige.

Sur la route, des enfants qui ne sont pas allés à l'école depuis plusieurs jours proposent des grives aux automobilistes. Entre 50 et 100 DA la pièce. Tout dépend, si elle est vivante ou morte. Au fil des kilomètres, la voiture commence à baisser de régime en entamant la montée vers Bouzeguène. A Ighil Tizi n'Boa, la route commence à se rétrécir. La couleur blanche écarlate de la poudreuse domine tout. La route déroule ses lacets et se rétrécit de plus en plus. Les croisements commencent à devenir difficiles.  

A Bouzeguène-ville, le ton est tout autre. La ville est comme sous l'effet de la gueule de bois. La majorité des commerces demeurent toujours fermés. Un camion décharge des bacs pleins de sachets de lait : c'est la délivrance ! Une case essaie tant bien que mal de débarrasser les montagnes de neige qui bloquent quasiment tout. Des véhicules, des garages, des portes d'entrée de maisons qu'on ne peut atteindre que par des couloirs creusés dans la neige s'offrent à la vue.

On avance toujours à un rythme plus lent encore. A Partir du village Houra qui se trouve aux limites des deux communes de Bouzeguène et d'Ath Ziki, c'est un autre monde. La température chute brusquement. Elle continue à baisser au fur et à mesure que l’on monte vers les cimes d'Ath Ziki. Un paysage alpin s'offre au regard. Une carte de visite à faire perdre leur muse aux poètes. Juba, notre accompagnateur, prend la parole : «ce que vous voyez là n'est rien. En haut, vous pourriez mesurer l'étendue de la catastrophe.

A quelques kilomètres d'Iguer Mehdi, ou Tizi, chef-lieu de la commune, on croise la voiture du maire. Ouahsen, le chauffeur, originaire de la région, lui fait signe de s'arrêter. On rencontre un homme visiblement affaibli par l'épreuve. Entre deux «montagnes de neige», où l'on peut facilement distinguer des traces de porcs-épics, on échange quelques propos. Le maire ne voulait pas parler. Non pas par manque de volonté de communiquer, mais surtout parce qu'il est éprouvé. Le 10  février dernier, il a même eu un malaise. On réussit tout de même à lui arracher quelques propos :

«aujourd'hui, nous respirons. La population est ravitaillée en gaz et en denrées alimentaires. Au début, personne n'est venu à notre aide. Nous avons juste compté sur nous- mêmes. Ces derniers jours, nous avons reçu des aides alimentaires, des couvertures, des vêtements, etc., notamment des habitants de Tizi Bouchène (Azazga), de Tala Amara, de l'association de la mosquée Cheikh Saïd Ath Vouyaâla, de la nouvelle ville de Tizi Ouzou, de la mosquée Cherfioui de Tizi Ouzou et bien d'autres encore», nous dira M. Meziane Amara.

Le cauchemar est passé par là
A Agouni Ifilkan, le spectacle est ahurissant. Devant le siège de l’APC, on reste stupéfaits. L'accès principal est totalement fermé par une ahurissante épaisseur de neige. On ne voit pas grand chose du minibus qui transporte les élèves de Berqis enseveli sous la neige. Un chasse- neige doté de chaînes et appartenant à la collectivité, deux autres engins de déneigement y sont stationnés.

Les habitants se rassemblent. Sur leurs visages, se lit la fatigue. Les traits tirés, ils essaient tant bien que mal de retrouver le sourire. On demande à voir le CEM qui vient de s'écrouler. Il est là-haut, au somment de la montagne. Le reflet scintillant de la neige vous empêche de lever la tête. «N'essayez surtout pas d'aller là-haut. C'est extrêmement dangereux. Y a des risques d'avalanches»,

nous avertit une personne d'un certain âge. A son tour, Boualem A., habitant le village Iguer Amrane nous dira d'un air plutôt déconcerté : «dites bien que durant les premiers jours de la tempête qui étaient extrêmement difficiles, nous avons été royalement ignorés. Personne n'a cherché après nous. C'est grâce à la solidarité villageoise que nous avons survécu».

On continue notre chemin vers le village Iguer Amrane. Devant, une case part à l'assaut des neiges suivie par un une camionnette chargée de gasoil. Au village, le spectacle est ahurissant. Difficile d'accéder aux maisons. Les habitants ont creusé des sortes de «couloirs». De  vieilles maisons kabyles tiennent fièrement. C'est un miracle qu'elles ne se soient pas écroulées, rajoute Boualem, qui n'a pas hésité à nous monter par la même occasion la maisonnette où il est né, il y a plus de 50 ans.  

Un peu plus haut, au village Taourirt Bwar, M. Lahlou, âgé de 58 ans, nous racontera l'enfer des premiers jours. Son récit est époustouflant. «Je n'ai jamais vu ça. Même les personnes âgées du village n'ont pas souvenir de ça. Les premiers jours, nous avons eu peur.

Nous n'avions rien : ni gaz, ni routes, ni pain etc.  Ensuite, nous avons compris que nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes. Grâce d'ailleurs à la solidarité, nous avons réussi à évacuer avec des 4×4 de simples citoyens, deux femmes enceintes du village Berqis», ajoute Lahlou avant d'enchaîner. «Regardez l'école ! Impossible d'y accéder. Mêmes les pigeons sont morts. Nous avons compté environ 150 pigeons morts de froid».

Un peu plus haut que le village, la route qui mène vers le col de Chellata et Akbou, dans la wilaya de Béjaïa, le bulldozer a dû faire demi-tour. Il n'arrive plus à avancer. La route est un immense tapis blanc. Ath Ziki revient de loin. Aujourd'hui, il reste encore 1,20m de neige environ. On essaie de panser les blessures. La fonte des neiges mettra à nu d'autres dégâts.

B. B.

 
Suivant >
 
EDITION DU DIMANCHE 13 MAI 2012

Vivez la télé autrement, visitez dzairwebtv

Dzair web tv








Edition du 13-05-12 – N° 1027
Archive

A LIRE AUSSI

 

CRB
Menad sera bel et bien présent face au MCA
Djamel Menad ne démissionnera pas de son poste d'entraîneur du CR Belouizdad comme il l'a annoncé à l'issue de la finale de la Coupe d'Algérie perdue par son équipe mardi dernier face à l'ES Sétif (1-2 A.P).

Lire la suite…


MCA : Bouhelal s'en va… Bira arrive
Même si le championnat tire à sa fin et qu'on est à quatre journées du dénouement, la valse des entraîneurs n'est pas pour autant achevée tout au moins pas au Mouloudia d'Alger, où Kamel Bouhelal vient de tirer sa révérence après le cuisant échec subi par son équipe lors du derby de mercredi soir face à l'USMA :

Lire la suite…


Eliminatoires de la CAN 2013 et du Mondial 2014
L'EN abandonnée par ses cadres
A quelques jours de l'entame de la préparation pour les matches décisifs de juin prochain dans les éliminatoires de la CAN 2013 et du Mondial 2014, l'équipe nationale de football subit une surprenante cascade de départs à la retraite de cadres de la sélection, à leur tête le capitaine Antar Yahia.

Lire la suite…


Un incendie a causé des dégâts au stade du 5-Juillet
Le vandalisme ne vaincra pas le football
Ce qui s'est passé mercredi dernier au stade du 5 juillet, lors du match USMA-MCA est scandaleux. Ce qualificatif est devenu trop banal dans le football algérien où la violence semble faire partie de ses us et coutumes. L'incendie dans les tribunes provoqué par certains énergumènes est un acte abject.

Lire la suite…


CRB, un public magique et fair-play
Grandiose. C'est du moins ainsi qu'on puisse qualifier l'ambiance qui a régné mardi à l'occasion de la finale de la coupe d'Algérie qui a opposé l'Entente de Sétif au CR Belouizdad. Les 60 000 spectateurs qui ont pris d'assaut tôt dans la matinée le stade du 5- Juillet ont créé un spectacle exceptionnel.

Lire la suite…

 

Dessin du jour

Une candidate FFS n' pas pu voter 
Un joueur italien décède en plein match

Les 234 buts de Messi avec le Barça
Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivants :Tel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

Site waqt el djazair

RSS – LE TEMPS