LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Dossiers arrow «BHL est représentatif d’une manipulation de l’histoire des identités juives»
 
Version imprimable Suggérer par mail
03-12-2011
Pierre Stambul, coprésident de l'Union juive française pour la paix, au Temps d'Algérie
«BHL est représentatif d’une manipulation de l'histoire des identités juives»

Pierre Stambul, coprésident de l'Union juive française pour la paix (UJFP), revient dans cet entretien sur l’engagement et le rôle de Bernard-Henri Levy en Libye et évoque l'assassinat de Mouammar Kadhafi, ainsi que la politique extérieure du Qatar. Il aborde également les réactions en Israël quant aux «révolutions» dans les pays arabes.

Le Temps d'Algérie : Le journaliste et philosophe Bernard-Henri Lévy (BHL) a, lors de la convention nationale du CRIF, reconnu avoir agi, en Libye, pour le compte de deux pays, Israël et la France. Que pensez-vous de cette déclaration ?

Pierre Stambul : Il ne faut pas fantasmer sur ce personnage. Il s'agit de quelqu'un qui est riche, possède des médias et est imbu de sa personne. Il est assez mégalomane et avide de notoriété. Il n'est, hélas, pas le seul personnage de ce type dans une société médiatique qui privilégie le fric et l'apparence sur l'honnêteté et les convictions. Il était risible de voir BHL à Benghazi avec Sarkozy et Cameron. Il essayait désespérément de monter sur la tribune et de se faire photographier.

Avant la Libye, il a produit le même genre de spectacle en Afghanistan ou en Bosnie. Il s'est aussi fait photographier sur un char de Tsahal.

Dans le même genre, Bernard Kouchner s'était fait photographier avec un sac de riz en Somalie. Le problème fondamental en Libye n'est pas celui de BHL. C'est, comme l'a expliqué Rony Brauman, qu'après le désastre complet des interventions impérialistes en Somalie, en Irak ou en Afghanistan, l'intervention en Libye remet à l'ordre du jour ces interventions et essaie de les légitimer.

Sinon, la première réaction israélienne au début des processus révolutionnaires dans le monde arabe a été celle de Zvi Mazel, ancien ambassadeur israélien au Caire, qui a déclaré : «les révoltes arabes sont une catastrophe pour les Juifs». Israël est davantage préoccupé par ce qui se passe en Egypte, où son ambassade a été attaquée. Je ne pense pas qu'ils aient eu la moindre influence sur ce qui s'est passé en Libye.

«Je ne l'aurais pas fais si je n'étais pas juif», a-t-il expliqué quant à son engagement dans la crise libyenne. Pourtant, des juifs épris de paix, comme vous, l'Union dont vous faites partie, et bien d'autres, sont pour la paix et contre l'injustice et l’intervention militaire d'où qu'elle vienne. BHL peut-il s'exprimer au nom de tous les juifs ?

Les juifs ont été en Europe des parias décrétés inassimilables, discriminés et assassinés en masse par un génocide au nom de ces conceptions racistes. L'ancien président Bush a déclaré la «guerre du bien contre le mal», le mal étant évidemment d'après lui «les musulmans ou les Arabes». Le gouvernement français est l'auteur d'une politique xénophobe d'Etat. Dans ce contexte, certains (BHL, le CRIF, des dirigeants israéliens…) voudraient que les juifs passent de l'autre côté du miroir et prennent leur part dans cette «guerre». Ces forces, aujourd'hui, sont, à mon avis, du mauvais côté sur tous les terrains. Elles ne luttent pas contre le racisme, ne défendent pas les sans-papiers, tolèrent le parti Front National ou lui font des appels du pied et soutiennent la destruction de la Palestine par le gouvernement israélien. Il ne fait pas de doute qu'on assiste, aujourd'hui, à une gigantesque manipulation de l'histoire, de la mémoire et des identités juives pour enrôler les juifs dans la croisade voulue par Georges Bush. Pour moi, BHL est représentatif de cette manipulation.

L'ambassadeur de France en Algérie a déclaré que BHL n'a pas été mandaté par le président français Nicolas Sarkozy pour le représenter en Libye, alors qu'on l'a vu l'accompagner dans ce pays après la chute du régime de Kadhafi. Que pensez-vous justement de cette question ?

Encore une fois, BHL fera tout pour se faire de la publicité, y compris affirmer qu'il renversera tout seul les régimes. Il ne faut pas donner  une importance exagérée à ce mégalomane même si on le voit régulièrement sur toutes les télévisions faire la promotion de son livre. Quant au président Nicolas Sarkozy, il faut rappeller qu’il avait reçu avec tous les égards le guide libyen Kadhafi en 2007.

Il avait conclu avec lui de nombreux accords commerciaux et un engagement que la Libye arrête et enferme les immigrés africains en route pour l'Europe. Aujourd’hui, il a signé les mêmes accords avec le nouveau régime libyen. Et il a très vite obtenu le retour de Total dans les champs pétrolifères. C'est ce qui l'intéresse, à mon avis.

Quelles seraient, selon vous, les raisons réelles de l'assassinat de Kadhafi le 20 octobre dernier à Syrte ?

Le journal Le Canard Enchaîné a écrit, sans être attaqué en justice, qu'Obama et Sarkozy avaient donné l'ordre d'exécuter sans jugement Kadhafi pour qu'il ne parle pas, c'est-à-dire qu'il ne raconte pas en détail les rapports excellents qu'il avait avec l'Occident avant le début de l'insurrection. En Syrie, toutes les forces de l'opposition au régime se sont prononcées contre toute intervention étrangère et en particulier contre toute immixtion de BHL. Voilà une position de bon sens.
     
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait déclaré que «les révolutions» dans des pays arabes causeraient leur retard plutôt que leur développement. Partagez-vous cette lecture ?

Pour Israël, les révoltes du monde arabe marquent un virage fondamental. Dans le cadre de la «guerre du bien contre le mal», les pays arabes étaient condamnés, selon des dirigeants israéliens, à avoir des chefs d’Etat dictateurs pour les préserver de l'intégrisme. Voilà que partout éclatent des révoltes exigeant liberté, démocratie et dignité.

Israël a déjà perdu son complice et allié privilégié dans la région (Hosni Moubarak) et pourrait en perdre d'autres. La question palestinienne s'est invitée dans les révoltes en cours comme l'ont montré l'ouverture de la frontière avec Ghaza ou l'attaque de l'ambassade israélienne au Caire. Donc Nétanyahou a raison d'être inquiet de ces mouvements de révoltes dans les pays de la région.

Comment voit-on au CRIF les «révoltes» dans le monde arabe ?

Franchement, le CRIF a d'autres chats à fouetter. Aux nouvelles que j'ai eu dernièrement, il y a des guerres de personnalités en son sein (pas sur des questions idéologiques) et BHL agit pour lui-même et pas pour le CRIF.

Croyez-vous que la Ligue arabe est utilisée pour internationaliser la situation en Syrie, comme cela a été fait avec la crise libyenne?
Les révoltes dans le monde arabe ont touché tous les régimes. Mais il y a un modèle qui s'en sort mieux que les autres, c'est le modèle des pays du Golfe que je qualifierai de féodal, patriarcal, esclavagiste et ultralibéral. Ces pays, qui soutiennent la révolte des Syriens, sont intervenus militairement en Libye aux côtés des Occidentaux et au Bahreïn pour écraser la révolte d'un peuple qui réclamait également liberté et démocratie.

L'Arabie Saoudite est puissante grâce au pétrole et à ses liens très anciens avec l'impérialisme.
Ce pays féodal a accueilli les dictateurs Ben Ali et Saleh, pratique dans la loi un antiféminisme forcené, inflige des conditions proches de l'esclavage aux immigrés et applique avec une grande cruauté la peine de mort. Son armée est intervenue pour écraser la révolte au Bahreïn.

De fait, les pays du Golfe contrôlent, aujourd'hui, la Ligue arabe qui devient ainsi le poisson pilote des Etats-Unis. Il me semble que la défense de la liberté et de la démocratie ne peut pas être à géométrie variable.

Que pensez-vous justement de la politique extérieure prônée par le Qatar et la couverture des événements par la chaîne de télévision satellitaire Al Jazeera ?
Cette question rejoint la précédente. Al Jazeera a souvent servi de média apportant l'information quand elle était bâillonnée. Cela a été clair pendant le massacre à Ghaza. Mais cette chaîne de télévision est très liée au gouvernement qatari qui est intervenu en Libye avec les impérialistes. L'histoire nous dira si le Qatar tire les ficelles de la Ligue arabe.                                                  

M. A.

 
< Précédent   Suivant >
 
EDITION DU JEUDI 26 JANVIER 2012

Vivez la télé autrement, visitez dzairwebtv

Dzair web tv

Point Net

Bizarre, ça ne pétarade pas encore !

Il paraît qu'il y aura moins de pétards cette année à l'occasion du Mouloud. On en jubile déjà ! Il est vrai qu'à quelques jours de la fête, tout le monde se demande par quel miracle les déflagrations qui commençaient d'ordinaire des mois auparavant ne se font pas encore entendre. Bien sûr, on a peut-être parlé trop vite, parce qu'en la matière, on en a vu d'autres. 

Lire la suite…









Edition du 26-01-12 – N° 935

Archives PDF

A LIRE AUSSI

 

Mesbah entame son aventure avec le Milan AC :
«Entrer à Milanello est impressionnant»
Le latéral gauche de l'EN, Djamel Mesbah, a entamé vendredi son aventure avec le Milan AC après avoir signé la veille un contrat avec ce grand club italien jusqu'en 2016 pour 550 000 euros et des bonus.

Lire la suite…


Equipe nationale
Halilhodzic : «Content pour Mesbah»
Le sélectionneur national Vahid Halilhodzic se réjouit du transfert de Djamel Mesbah au Milan AC, champion d'Italie en titre. «Je suis content pour Mesbah. Son transfert au Milan AC est une récompense pour lui et pour l'équipe.»

Lire la suite…


Handball-Finale du championnat d'Afrique (Messieurs)
Les Verts méritaient mieux
Une nouvelle fois la sélection tunisienne de handball (messieurs) s'adjuge son neuvième et second trophée consécutif, les camarades de Hmam ont été sacrée champions d'Afrique lors de cette  20e édition du championnat d'Afrique qui s'est tenu au Maroc du 11 au 20 janvier courant, en battant son homologue algérienne par 23-20, (mi-temps : 12-6), en finale du tournoi masculin disputée vendredi soir à Rabat.

Lire la suite…


Temps de jeu
Yekhlef et Laïfaoui les plus utilisés
Au démarrage de la saison, l'USM Alger présentait un effectif de 24 joueurs dont deux espoirs que sont Sahnoun et Benaldjia qui n'entrent pas dans le nombre autorisé par la Ligue de football professionnel. Juste avant de quitter ce club, Hervé Renard avait appelé dans l'effectif seniors un junior (il est né en 1993) en la personne de Zineddine Ferhat. Mais Renard ne l'a jamais fait jouer dans un match officiel.

Lire la suite…


Une minute de silence à la mémoire du regretté Kezzal
Une minute de silence sera observée à la mémoire de l'ex-président de la FAF, Omar Kezzal, décédé le 8 janvier à l'âge de 76 ans, et ce, avant le début des matches du championnat de Ligue 1 et Ligue 2. Grand dirigeant sportif, le défunt a été président de la Fédération algérienne de football à trois reprises ; de septembre 1982 à avril 1984, de juillet 1989 à novembre 1992 et du 13 avril 2000 au 23 août 2001.

Lire la suite…

 
Cours des devises

Evolution des marchés

Conférence de presse de Ahmed Ouyahia, l’intégrale

Chose que vous ne verrez pas sur El Djazira
Quand BHL propose aux musulmans de se convertir au judaïsme
   Cancer et prise en charge : Témoignages de malades
 

 

Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivants :Tel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

RSS – LE TEMPS