LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Santé arrow Rien de tel qu’une sieste pour fixer ses souvenirs
Version imprimable Suggérer par mail
13-02-2011
Santé
Rien de tel qu'une sieste pour fixer ses souvenirs

Le meilleur moyen de ne pas oublier une poésie ou un théorème que l'on vient tout juste d'apprendre pourrait bien être de faire une sieste.

Des chercheurs allemands montrent, en effet, que le cerveau résiste mieux durant le sommeil à tout ce qui peut brouiller ou fausser un souvenir récent que lorsqu'il est en éveil.

Des expériences précédentes avaient déjà prouvé que la mémoire récente, stockée temporairement dans une région du cerveau appelée hippocampe, ne se fixe pas immédiatement. On sait aussi que la réactivation de ces souvenirs, peu de temps après leur apprentissage, joue un rôle déterminant dans leur transfert vers la zone de stockage permanent, le néocortex, sorte de «disque dur» du cerveau.

Mais en période de veille, cette période de réactivation fragilise la mémoire. Par exemple, apprendre un second poème dans cet intervalle risque fort de rendre plus difficile l'enregistrement du premier dans la mémoire longue. Partant du principe que le sommeil n'avait aucune influence sur ces processus, ces chercheurs ont voulu s'en assurer par une expérience.

24 volontaires ont été amenés à mémoriser 15 paires de cartes figurant des images d'animaux et des objets usuels. Quarante minutes plus tard, la moitié des sujets, maintenus en éveil, ont dû mémoriser une autre série de cartes légèrement différentes.

De leur côté, les douze autres volontaires ont eu le droit de faire une courte sieste avant de mémoriser la seconde série de cartes.

A la grande surprise, ceux qui avaient dormi affichaient un bien meilleur score, se souvenant en moyenne de 85% des cartes, contre seulement 60% pour ceux qui étaient restés éveillés.

Après ce somme, une quantité importante de souvenirs était déjà «téléchargée» dans une zone du cerveau où ils ne pouvaient plus être brouillés par les nouvelles informations traitées dans l'hippocampe.

L'effet bénéfique des siestes sur la consolidation de la mémoire pourrait avoir des implications intéressantes pour les activités d'apprentissage intensif, comme l'enseignement des langues étrangères.

Le processus pourrait aussi bénéficier aux victimes de syndrome de stress post-traumatique, une affection qui touche les personnes ayant vécu des situations extrêmes (accident grave, attentat, agression, etc.), en les aidant à reconfigurer leurs souvenirs.

 
< Précédent   Suivant >
 
EDITION DU LUNDI 7 AVRIL 2014

Bagarre au Parlement turc

L’ambassadeur américain à Alger supporteur des Verts
Le but de la qualification au mondial

 
Face book  
 

Dessin du jour

But de Belail
Une tempête de sable affole Barcelone
Un mystérieux OVNI affole le Moyen-Orient
Un député grec néonazi agresse deux femmes sur un plateau télé
Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivants :Tel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

Site waqt el djazair

                    Télévision  

           Canal algérie      TNT   

RSS – LE TEMPS